Marie-Ève Turgeon: dessiner, une façon d’exister

Ses premières armes, elle les a faites avec l’aquarelle et l’encre de Chine. Un héritage que l’on sent bien dans ses illustrations d’aujourd’hui: la fluidité, la finesse du trait, les lignes pures… Artiste née, Marie-Ève Turgeon a mis plusieurs années avant de se donner le droit d’exister comme illustratrice.


Toute petite, elle dessinait des livres et dévorait des albums jeunesse. Devenue maman, elle a bercé l’enfance de ses fils avec ses dessins. Marie-Ève Turgeon a pris quelques détours avant de revenir à ses premières amours. C’était pourtant le métier qu’elle avait choisi au secondaire dans le cadre d’un projet qui l’avait conduit à interviewer une illustratrice. Les échos qu’elle en a eus par la suite l’ont toutefois découragée: on lui dépeignait un métier difficile et peu payant. Le moment venu, elle a donc jeté son dévolu sur le graphisme, un métier qui la détournait toutefois de son instinct. Puis, elle a renoué avec son besoin de travailler de ses mains et est devenue artisane-boulangère. 

À l’arrivée de ses garçons, elle se concentre sur eux et troque le quart de nuit à pétrir du pain pour d’autres boulots en alimentation. « Je me suis mise à réaliser les ardoises de l’épicerie fine qui m’employait, raconte-t-elle. Le mot s’est propagé. On me confiait de plus en plus de vitrines ou de murales. Je partageais mes réalisations sur mes réseaux sociaux. C’est là que j’ai commencé à y croire: le métier d’illustratrice était une avenue envisageable. »

Dans la foulée, elle a recommencé à dessiner abondamment à la maison. Elle a fait l’acquisition d’une tablette et a apprivoisé Procreate. Une agente l’a approché et l’a mise en contact avec de futurs clients. Et la mayonnaise a pris! Marie-Ève Turgeon vit maintenant de son art depuis 2019. Son projet #52femmes dans lequel elle s’est donné le défi d’illustrer 52 femmes qui l’inspirent a fait grand bruit sur les réseaux sociaux. 

« J’ai toujours eu un crayon à la main. Mon quotidien tournait autour du dessin. J'ai élevé mes enfants dans cet univers. Les gens autour de moi me demandaient pourquoi je ne faisais pas ça de ma vie. Pourquoi ne me donnai-je pas le droit de profiter du talent que j’avais? Je ne savais pas comment m’y prendre... »


Il y a eu cette fois où elle a dit à son fils: non, travailler n’est pas plate, il suffit de faire un métier qu’on aime. Puis, elle s’est dit qu’elle devait elle-même ajouter le geste à la parole. « C’est un bon exemple que je leur montre, d’avoir choisi de me lancer. Ils me voient vivre de ce que je fais depuis toujours: dessiner. À un point tel que parfois, ils ont du mal à y croire. Quand je suis installée dans le fauteuil avec ma tablette et qu’ils veulent mon attention. Ils ne réalisent pas que je travaille! (rires) »


Élan créateur

Pour que Marie-Ève Turgeon crée, elle doit avoir un coup de cœur. « Pour Demain Demain, j’avais carte blanche. Je me suis dit ok, moi les oiseaux, ça me parle beaucoup. Je vis dans la forêt, je suis entourée de nature. Je suis allée dans les palettes de couleurs des oiseaux qui résonnent fort . Je les ai combinées avec les couleurs complémentaires comme arrière-plan. Le résultat est empreint de douceur avec un flash de couleurs. »

« Je suis fière de faire partie des artistes choisis par Demain Demain, une entreprise du coin où j’ai grandi, qui partage mes valeurs, qui fait de magnifiques produits avec des matériaux recyclés et qui met de l’avant les artistes d’ici! L’idée que mes illustrations soient dans la vie de tous les jours des gens me plaît beaucoup. »

Pour lancer un nouveau projet, Marie-Ève Turgeon aime créer des tableaux Pinterest avec des inspirations en décoration ou en peinture dans lesquelles les couleurs la font vibrer. Elle fait parfois du collage de photos, de couleurs, de fleurs et autres images qui l’inspirent. Elle commence toujours ses esquisses en noir et blanc.

« La tablette a changé ma vitesse d’exécution. Elle m’a fait gagner beaucoup de temps. Elle me suit partout. Si j’ai une idée avant d’aller dormir le soir, je peux la dessiner, chose que je n’aurais pas faite auparavant, car je devais sortir tout mon équipement. J’ai quand même toujours un carnet d’esquisse avec moi. D’ailleurs, j’ai recommencé à suivre un atelier de modèle vivant pour me garder le coup de crayon. »

« Mon inspiration vient souvent des couleurs. Je suis beaucoup dans les mêmes palettes de couleur. Des fois, je me bats pour en sortir, mais j’y reviens toujours! Ces temps-ci, j’essaie de sortir du rose. Je termine toujours mes dessins avec un trait de rose. C’est partout sur mon fil Instagram! Je n’arrive pas à m’en sortir. Peut-être qu'un jour on va dire: sa “passe” rose a duré 20 ans! (rires) »


Son rêve de toujours, elle vient de le réaliser: illustrer un livre jeunesse. Et deux fois plutôt qu’une. Un premier roman avec Québec Amérique dans lequel elle signe les illustrations verra le jour dans quelques mois. Un album jeunesse qu'elle a créé pour les éditions Alaska [qui emploie la réalité augmentée] sera aussi publié prochainement. Mais c’est tout ce qu’elle a pu en dire pour le moment! Motus et bouche cousue!


Vous trouverez les illustrations de Marie-Ève Turgeon ici:

Demain Demain

Sur ton mur

Instagram

Illustration Québec


Questions en rafale

Un personnage marquant dans ton parcours? Samir Kachami [un artiste peintre aujourd’hui décédé qui a initié près de 6000 élèves à l’art pictural dans son atelier du 34, rue Saint-Eustache]. En raison de sa notoriété dans la région, il a été le premier que j’ai cru lorsqu’il m’a dit que j’avais du talent.  Il avait confiance en moi. Il m’avait même engagé pour que je donne les cours aux enfants de 12 ans.

Ton livre jeunesse coup de cœur? Jane, le renard et moi de Fanny Britt et Isabelle Arsenault (La Pastèque, 2012). Je le trouve si beau. Les pages sont de vraies œuvres d’art. Tout est fait à la main. J’aimerais un jour pouvoir faire des albums aussi complets que ça!

Un projet dans l’air? J’aimerais écrire un livre avec ma petite sœur, Christine Turgeon, qui a une très belle plume et qui travaille dans le monde de l’édition. Nous avons le projet de faire plusieurs albums ensemble. En ce moment, on est à créer une galerie de personnages. Notre imaginaire vient de la même place. Notre mère nous racontait toujours des histoires rocambolesques.

Sac fourre-tout Béluga illustré par Marie-Ève Turgeon

Older Post Newer Post

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published