Réduction du plastique: pas de chichi pour le chili

Il fut un temps où l’arrivée des produits préparés a bouleversé nos vies. On se disait: l’affaire est dans le sac! Vite fait, bien fait, on gagnait du temps. Le temps a passé et l’intérêt s’est dégonflé: tout ce plastique qui jonche nos forêts, lacs et rivières, sans oublier nos océans, n’a plus rien d'emballant. Le suremballage et le gaspillage nous forcent à réfléchir à l’utilité de ce cadeau empoisonné pour le bien-être de la société dans laquelle on vit.

À l'épicerie, nous achetons des produits emballés sous toutes ses formes, que l’on range dans des sacs, souvent de plastique. Une fois revenu à la maison, on a vite fait de cuisiner muffins, gâteaux, soupes, chilis et ragoûts, etc. que nous remettons dans des sacs de plastique à usage unique.

Une fois utilisé, le malheureux sac, et sa comparse pellimoulante, partiront en voyage organisé vers un site enchanteur d'enfouissement ou peut-être s’égareront-ils en cours de route et vivront une vie nouvelle, beaucoup plus longue que les deux ou trois semaines passées au frais dans le frigo ou le congélo. L’espérance de vie du sac de plastique est longue: entre 500 et 1000 ans. Seul ou parmi tous les membres de son espèce, le sac prendra tout ce temps pour se décomposer. Ils peuvent se consoler car, selon l'ONU, il se consomme chaque année près de 5000 milliards de sacs en plastique dans le monde. 5 000 000 000 000. Ça commence à faire bien des zéros pour des produits aussi inutiles que polluants.

Il ne faut pas croire qu’ils sont sans danger pour notre santé et pour l’environnement. Bien au contraire. Il est bon de rappeler qu’ils sont fabriqués à partir de pétrole, une ressource non-renouvelable. Ces sacs sont une source de pollution avant même de se retrouver sur les tablettes de nos magasins. Il faut d’abord extraire le pétrole pour ensuite le convertir, ce qui entraîne des rejets de monoxyde de carbone dans l’atmosphère. La fabrication, la transformation et au final, sa destruction, exposent les travailleurs à ces produits on ne peut plus toxiques.

Pour se donner bonne conscience, croyant donner un coup de pouce à l’environnement, les gens ont pris l’habitude de laver ces sacs à usage unique. Ce n’est malheureusement pas une bonne idée puisque ces produits n’ont pas été conçus pour cela et sont susceptibles de contaminer les aliments. 

Il existe pourtant une alternative écologique, durable et bonne pour notre santé et celle de la planète. Une solution si simple et facile:  les sacs réutilisables et écologiques.

Dans quelques jours, ce sera la rentrée scolaire et sa ribambelle de boîtes à lunch bien garnies. Préparer de petits repas en famille n’aura jamais été aussi emballant. Zéro gaspillage, zéro stress. À usage multiple, nos sacs réutilisables sont aussi pratiques pour les aliments que pour les accessoires d’école. Nos sacs avec ganse sont parfaits pour le transport des souliers de course et des vêtements pour le gym ou encore les maillots de bain mouillés, sandales et les serviettes.

Jeune fille sur une balançoire qui tient un sac à collations écoresponsable et réutilisable dans ses mains pour manger sa collation.

Le recyclage, l’utilisation de produits réutilisables, et le compostage ne sont là que quelques habitudes qui auront un impact incroyable sur la qualité de notre environnement. Chaque geste compte, aussi petit soit-il, et c’est gagnant à tous les coups.

Chez Demain Demain, on a vite compris que l’affaire est dans le sac réutilisable et ses produits dérivés entièrement fabriqués au Québec.

Nous désirons laisser aux futures générations un environnement en santé et durable. Ne soyons plus responsables. Soyons écoresponsables et donnons une chance à notre planète.


Jeune fille sur une balançoire qui tient un sac à collations écoresponsable et réutilisable dans ses mains pour manger sa collation.

Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés