Myriam Van Neste: une Québécoise à Vienne

Le rendez-vous est fixé. C’est en direct de Vienne où elle réside avec conjoint et enfants que Myriam Van Neste se connecte. Pour elle, il est bientôt l’heure d’aller chercher son fils à la garderie. Pour nous, la journée vient à peine de commencer. Et elle s’amorce en beauté avec cette illustratrice qui fait rêver de contrées nordiques lointaines…


Parle-nous d’abord de ton parcours: de Montréal à Vienne en Autriche, en passant par la Finlande et la Californie…

« J’ai d’abord fait un BAC en sculpture à l’Université de Concordia è Montréal. J’ai ensuite étudié l’environnemental art à Helsinki en Finlande où j’ai résidé pendant deux ans. Mon objectif était de faire des œuvres d’art public, ce que j’ai réussi à concrétiser pendant quelque temps au Québec. Or, lorsque j’ai eu mon premier enfant, on habitait en Californie. Je n’avais plus envie de faire des œuvres à grand déploiement qui généraient beaucoup de stress et occupaient beaucoup de mon temps. Je me suis mise à faire du collage et de l’illustration comme exutoire créatif. Je travaillais dans le domaine de la culture. Lorsque nous avons déménagé en Autriche pour le travail de mon conjoint (chercheur en biologie végétale), je ne pouvais pas travailler dans ce domaine et j’attendais mon deuxième enfant. Au début, je dessinais pour le plaisir, puis ça a pris de plus en plus de place… J’ai trouvé mon créneau! Ça avait plus de sens pour moi de faire ce type de travail... »


D’où te vient le nom Helsinki mon amour?

« Je dirais que c’est lors de mes études dans la capitale de la Finlande que ma pratique s’est orientée. Ce nom, je l’avais choisi lorsque j’ai créé ma boutique en ligne, que je revenais de la Scandinavie et que je vendais mes illustrations. Six ans plus tard, je ne l’avais toujours pas changé et ça commençait à être connu. Je ne pouvais plus reculer. En même temps, le design finlandais habite tellement mon travail. »


Qu’est-ce qui t’inspire dans ces pays nordiques?

« Je pense que les personnes qui aiment l’hiver sont attirées par les pays nordiques. J’en suis. Je travaille aussi immanquablement avec la nature. Autant je suis urbaine, j’aime habiter une grande ville et m’imprégner de cette énergie, autant dans le design et le découpage, je vais toujours vers des formes de paysages, d’animaux, de fleurs, de feuilles… »


Le collage fait immanquablement partie de ton processus créatif...

« Absolument. C’est le lien qui reste avec ma pratique sculpturale. Le collage est ma façon de sketcher, de laisser aller mes idées. Si je ne suis pas motivée, j’ai juste à sortir du papier de couleur et ça me permet de partir la journée du bon côté, créativement. J’ai plein de cahiers remplis de collages rapides. Je les consulte de temps en temps. Je reviens à l’un ou à l’autre… Pour moi, c’est plus créatif de commencer avec mes mains que de sauter tout de suite à l’ordinateur. Pour le travail éditorial, par contre, je fais moins de découpage. 
Je choisis une palette de 20 à 34 couleurs et je travaille avec ça. Souvent, je vais reproduire le collage ou des éléments du collage dans Illustrator. Je travaille en vectoriel. Réaliser un nouveau motif se fait en plusieurs jours avant que je sois satisfaite. Je finis avec les couleurs. »

À quel moment as-tu été à l’aise pour te définir comme une illustratrice?

« Quand j’évoluais dans le milieu de l’art en sculpture, je ne suis jamais arrivée à m'identifier à ce monde que j’adorais. Je trouvais très ardu et lourd de toujours devoir justifier ma démarche artistique, alors que j’étais surtout intuitive. On ne peut pas juste faire du beau, avoir du plaisir et travailler avec des brands qui nous stimulent? L’art peut avoir un côté très inaccessible. Je travaille sur beaucoup de produits qui vont être utilisés dans la vie de tous les jours. Tout ça peut aussi exister. »

« Je n’ai aucun problème à faire des projets d’illustration commerciale. Mes illustrations sont présentes, elles embellissent la vie. »

 

Dans quel état d’esprit dois-tu être pour créer? Dans quel environnement te plonges-tu?

« J’ai un espace de travail qui doit toujours être propre. J’aime créer dans un environnement minimaliste, clean. Le matin, je suis hyper créative et en début d’après-midi, je "crashe", alors je fais des tâches plus administratives. Mon bureau est lumineux. Je suis chanceuse, car on habite un vieil appartement avec une très grande fenestration en plein cœur de Vienne. »


En quoi cette collaboration avec Demain Demain t'inspire-t-elle?

« J’adore illustrer des produits qui font partie de la vie de tous les jours. Je suis heureuse que mon travail amène de la couleur et de la joie dans le quotidien des gens! »

« C’est important pour moi de collaborer avec des compagnies qui partagent mes valeurs. Quoi de mieux qu’une compagnie locale du Québec, fondée par une femme et écologique! »


Où trouver les créations de Myriam Van Neste:


Demain Demain

Instagram

Site Web

Paperole

 

Questions en rafale

Quels sont tes principaux clients et pour quel type de projets (éditorial, jeunesse, publicité, murales, animation, storyboard)?

« Mes clients sont vraiment variés, c’est ce que je préfère dans mon travail! Je partage mon temps entre des projets d'illustration commerciale ou de création de motifs pour différents produits (packaging, vêtements et accessoires, textiles, produits alimentaires, etc.), des illustrations pour l’identité visuelle de compagnies et organismes, ainsi que des illustrations pour des livres et des magazines. Je réalise aussi parfois des designs de murales. »

Ton illutrateur.trice coup de cœur du moment?

« L’illustratrice taïwanaise Hsinping Pan. J’adore son univers visuel, ses couleurs et la joie enfantine qui émane de son travail! »

Un livre jeunesse dont tu ne te lasses pas de revisiter?

« J’adore le livre Tant et tant de choses de l’illustratrice hongroise Anna Kovecses et le livre Dans le détail de Élisa Géhin. Les illustrations sont merveilleuses. Mes garçons et moi les regardons quotidiennement. »


Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés