10 trucs pour réussir ses semis avec Lyne Bellemare, semencière artisanale

Ah, la culture des semis! Un art que tous ne maîtrisent pas, mais qui ne cesse de gagner en popularité. Pour mettre toutes les chances de notre côté ce printemps, nous avons contacté la semencière artisanale Lyne Bellemare, celle-là même qui a développé, avec le nutritionniste Bernard Lavallée, les magnifiques boîtes de semences vendues sur notre boutique. À vos godets!


Quand elle a commencé à vouloir cultiver ses propres semences, Lyne Bellemare s’est fait mettre à la porte de son jardin communautaire tellement son projet prenait de l’espace! Ici on cultive des légumes, pas de graines!, lui a-t-on fait comprendre. Autour d’elle, trop peu d'informations circulaient quant à l’autoproduction de semences. C’est tout un savoir ancestral qui se perdait. Avec son engagement auprès de Semences du patrimoine Canada et ensuite avec la création de son entreprise Terre Promise, Lyne Bellemare développe le savoir-faire et cultive des semences écologiques de variétés potagères rares ou en voie d’extinction. Une femme de passion au pouce vert qui a bien voulu partager ses trucs infaillibles pour la saison des semis.

 

1. Choisir les bons matériaux

Tout commence par la semence. Pour les choisir, Lyne Bellemare suggère de se tourner vers les artisans semenciers québécois autant que possible (pour des graines plus fraîches et plus saines). Ensuite, elle mentionne l’importance de choisir un bon terreau (et non pas de la terre noire). « Demandez à votre conseiller à la pépinière locale quel terreau utiliser en fonction des semences que vous aurez choisies pour vos semis, commence-t-elle. Enfin, assurez-vous d’avoir une bonne lumière. Des lampes à semis donneront toujours un meilleur rendement que le soleil qui n'est souvent pas assez présent en mars. »

 

2. Bien lire le sachet de semences!

Toutes les informations pertinentes à savoir se trouvent habituellement sur le sachet de vos semences, rappelle-t-elle. « Comme les graines n’ont pas toutes les mêmes besoins (enterré ou non, déposé à la surface…), les instructions s’avèrent utiles. Je travaille fort à développer ces contenus, pourvu qu’ils soient lus! »

 

3. Choisir le bon moment

Il est très difficile d’offrir une règle pour savoir quand commencer ses semis, avoue Lyne. Tout dépend des plants que l’on souhaite faire pousser et surtout de la date du dernier gel dans notre région. « Si, par exemple, le dernier gel à Montréal est le 25 mai, il ne faut pas transplanter avant cette date. Pour éviter de se retrouver avec des semis trop grands et encombrants à l’intérieur, il faut consulter un calendrier de semis pour sa région ou lire le paquet des semences en fonction de la date du dernier gel. »

 

4. Vérifier le taux de germination des graines

Souvent, les gens vont planter une graine par godet et ils vont attendre que ça pousse, décrit en connaissance de cause Lyne. « Or, si le taux de germination est bas, il vaut mieux en planter plusieurs dans un même godet pour obtenir de meilleurs résultats! Le conseil que je donne, c’est: mets-en plus et élimine les plants les plus faibles et garde les plus beaux. »

 

5. Arroser sans détremper

S’il y a une chose à retenir en matière d’arrosage, c’est que les racines ont besoin d’eau, mais aussi d’air, rappelle la semencière. « Si on les noie, elles ne respireront plus et ne pousseront plus, observe-t-elle. Il faut donc arroser sans détremper et de manière régulière, car la graine doit rester humide pour germer. » Se fier au toucher et à leur apparence demeure la meilleure façon de savoir quand les arroser.

 

6. Combattre la fonte des semis

La fonte des semis est un champignon très commun. Pour aider à prévenir qu’elle attaque vos plantules, Lyne recommande de choisir une pièce aérée. Elle ose aussi nous donner une recette de « grand-mère » qui marche à tous les coups: « Saupoudrez de la cannelle sur le terreau lorsque les plantules commencent à pousser. La cannelle a un pouvoir antifongique qui empêche le champignon de proliférer. J’étais sceptique au début, mais je n’ai plus jamais eu de fonte de semis depuis! »

 

7. Laisser les plants s’endurcir

Un plant de semis qui a été chouchouté dans la maison pendant des semaines va trouver la vie dure une fois qu’on l’installera dehors, illustre Lyne Bellemare. « Un de ses trucs est de mettre un ventilateur doux près des semis pour habituer les plants au vent, ce qui permettra à la tige de s’endurcir, suggère-t-elle. Prendre l’habitude de fermer les lumières la nuit permet aussi de les habituer aux variations jour/nuit.»

 

8. Repiquer les plants plus garnis

Quand les plants sont trop serrés (pensons aux tomates, aux piments ou aux aubergines) et qu’ils se sentent étouffés, il est important de les repiquer. « Quand la racine envahit tout le contenant et que le plant semble à l’étroit, on transplante en allant vers un contenant plus gros: du godet de 4 à celui de 6 pouces, cite-t-elle en exemple. Assurez-vous d’utiliser du terreau à repiquage ou le même terreau de départ afin de lui offrir tous les éléments nutritifs par la suite! Selon le conseil de votre conseiller à la pépinière, il se pourrait que vous ayez à ajouter du fertilisant si le terreau utilisé a des carences. Choisissez-le biologique de préférence! »

 

9. Habituer les semis à l’extérieur

Sortir ses semis au premier jour de beau temps en plein soleil? Vos plants se retrouveront avec un beau coup de soleil au jour 1. La semencière suggère plutôt d’y aller progressivement en sortant les semis d’abord à l’ombre, à raison de quelques heures par jour pour commencer. Vous pouvez ensuite les exposer au soleil du matin (pas de midi!) pour les aider à s’y habituer pendant quelques jours. Les deux premières semaines, sortez les semis de jour et rentrez-les la nuit.

 

10. Recommencer chaque année!

Vos semis n’ont pas fonctionné l’an dernier? Il ne faut surtout pas abandonner! Depuis quand apprend-on une chose aussi complexe en une seule fois?, s’exclame Lyne. «Les semis, ça s’apprend et une fois que c’est maîtrisé, ça devient facile. Chaque année, en fonction des choix de semis, on fait de nouvelles découvertes! »


Pour en savoir plus 

Terre Promise

Le nutritionniste urbain

Livrets et coffrets de semences: demaindemain.co/collections/semences

La production de semences à petite échelle: semences.ca/livres


Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés